Retrouvez tous les mercredis à 21h00 le tirage du loto et les Boîtes aux Étoiles.
N'hésite pas à rejoindre ta confrérie en répondant au questionnaire !
Chaque mois, les étudiants ayant moins de 200 étoiles peuvent demander une bourse d’étoiles.
Tu peux demander un formateur en cliquant ici
Il y a actuellement 7 professions libres à l'U★U. Découvrez-les en cliquant ici.
Connexion
Pseudo :

Mot de passe :

Enregistrer : 
Recherche
Étudiant de la semaine
halleyscomet

Voter
Employé de la semaine
Folters
Admin de la semaine
Gao

 [ARTICLE] Cercle de lecture n°2 - Académie Universelle 


Exclu
Exclu

Étoiles  15158

Confrérie  [ARTICLE] Cercle de lecture n°2 - Académie Universelle Natim_10


[ARTICLE] Cercle de lecture n°2 - Académie Universelle Empty
[ARTICLE] Cercle de lecture n°2 - Académie Universelle EmptyDim 6 Déc 2020 - 10:55

[ARTICLE] Cercle de lecture n°2 - Académie Universelle Screen18

2ème cercle des lecteurs

[ARTICLE] Cercle de lecture n°2 - Académie Universelle Penpap10[ARTICLE] Cercle de lecture n°2 - Académie Universelle Habbow10



« Je contemple souvent le ciel de ma mémoire», Marcel Proust - XXème

Si certains peuvent penser que le poème est une perte de temps, ils auraient raison puisqu'une réflexion sur le temps est présente. Non seulement c'est une perte de temps, mais c'est le temps qui est perdu si l'on en refère à l'œuvre narrative la plus célèbre de Proust que je n'ai même plus besoin de nommer. Mademoiselle -The-Miss a particulièrement aprécié l'intensité du poème. Elle a relevé entre autres l'intensité de l'antithèse "d'un feu triste ou joyeux". De plus, cette antithèse participe à une métaphore flamboyante, littéralement. L'étoile, en tant que boule de gaz, intensément calorifère, participe indirectement à cette métaphore traduisant le désir et l'intensité passionnelle. L'étincelle, au paragraphe d'après, lie ces deux dimensions du feu et de l'éphémère, comme l'a souligné praesidens. Ce feu crépitant ne dure pas, mais autant qu'il dure, il s'élance vers l'extérieur et donne une forte lumière, une forte chaleur susceptible de créer un brasier.

[ARTICLE] Cercle de lecture n°2 - Académie Universelle Scrnli21


La comparaison virginale n'est pas à prendre en son sens concupiscent mais en son sens de pureté. La pureté divine, plus précisément, puisqu'il s'agit d'un poème qui a le désir de s'élever jusqu'au firmament comme en témoigne l'allusion aux constellations, aux étoiles, au cosmos tout entier. La neige, en élément naturel, fait d'ailleurs partir de ce monde naturel et harmonieux. Le temps, lui-même, est une création originelle, qui n'a d'ailleurs pas pu être altérée par l'Homme contrairement à d'autres éléments naturels. Ce passage sur les constellations est à rapprocher, selon L3apin, du paragraphe "Amitié d'astres" dans 4ème livre du Le Gai Savoir de Nietzsche. Ce lecteur a également souligné la comparaison de la mort au sommeil, ou plutôt dans ce cas, du sommeil à la mort. Soulever la notion se mort en un sommeil éternel est fréquent mais cela ajoute une touche féerique à la mort, plus enfantin. C'est d'ailleurs ce genre d'explication enjolivée qui est donnée aux enfants pour ne pas affronter la réalité trop tôt.

[ARTICLE] Cercle de lecture n°2 - Académie Universelle Scrnli23


L'insistance sur les yeux peut paraître étrange ou enjoliveuse selon le lecteur. Un adage dit d'ailleurs, comme l'a souligné -The-Miss, "les yeux sont les miroirs de l'âme". À cet égard, ces trois strophes du poème peuvent être rapprochée de l'œuvre cinématographique Big Eyes. Ce film narre la vie d'une peintre peignant toujours les yeux en grand parce que selon elle, ils sont révélateurs de bien des choses. Or, son mari lui a volé sa notoriété d'artiste et s'est revendiqué peintre à sa place. C'est donc un combat autant féministe qu'artistique qui se déroule ainsi mais, ce qui nous intéresse, c'est le choix artisitique d'avoir mis l'accent sur les yeux dans absolument toutes ses œuvres. Outre cette instance, une métaphore maritime débute, métaphore très classique encore une fois mais très expressive.

[ARTICLE] Cercle de lecture n°2 - Académie Universelle Scrnli24


La comparaison à la nuit de Mai est à prendre au pied de la lettre, comme une métaphore morte. Ricœur fait la différence entre métaphore morte et métaphore vive. Celle qui est morte, c'est celle qui a été faite et refaite, trop usuelle, connue de tous et faisant référence au monde sensible. Celle qui est vive, au contraire, fait référence à une dimension inconnue tant elle essaie de souligner l'inconnu. Par la comparaison, c'est un entre-deux totalement nouveau qui s'éveille et qui vit. Or, la nuit de Mai, c'est simplement une nuit étoilée, sans nuages, avec une nuit plus chaude que celles de l'hiver. Mais comme le souligne praesidens, peu importe qu'elle soit morte ou vive, tant qu'elle plaît. Et c'est d'ailleurs la simplicité de la métaphore qui peut éveiller le plaisir esthétique.

[ARTICLE] Cercle de lecture n°2 - Académie Universelle Scrnli22


Ces trois dernieres strophes forment une unité syntaxique et chaque strophe n'est pas isolée par son unité phrastique. La phrase continue, il y a un enjambement entre les strophes, ce qui crée une discordance du point de vue poétique. Cette discordance s'oppose à la notion de concordance, mais elle est très fréquente chez les modernes. Dès lors, retrouver un tel modernisme n'est pas étonnant pour un écrivain tel que Proust, bravant les codes littéraires à la recherche d'une audace satisfaisante.


Libre
Récompenses
@L3apin  - 10 Étoile
@loveur7  - 3 Étoile
@-The-Miss  - 6 Étoile
@praesidens  - 4 Étoile
@liliberlu  - 2 Étoile
@Mattou92  - 1 Étoile
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-