Retrouvez tous les mercredis à 21h00 le tirage du loto et les Boîtes aux Étoiles.
N'hésite pas à rejoindre ta confrérie en répondant au questionnaire !
Chaque mois, les étudiants ayant moins de 200 étoiles peuvent demander une bourse d’étoiles.
Tu peux demander un formateur en cliquant ici
Il y a actuellement 7 professions libres à l'U★U. Découvrez-les en cliquant ici.
Connexion
Pseudo :

Mot de passe :

Enregistrer : 
Recherche
Employé de la semaine
liliberlu
Admin de la semaine
Gao

 [ARTICLE] 1. à cœur ouvert 


Exclu
Exclu

Étoiles  15158

Confrérie  [ARTICLE] 1. à cœur ouvert Natim_10


[ARTICLE] 1. à cœur ouvert Empty
[ARTICLE] 1. à cœur ouvert EmptyJeu 13 Aoû 2020 - 19:31

[ARTICLE] 1. à cœur ouvert Screen25


Souvent, je me sens hypocrite de gérer un concours d'écriture sans vous écrire ce qui m'anime, me tourmente, et empeste mon cœur de toutes ces émotions qui font ce que je suis. Coucher toutes ces pensées si intimement personnelles est une confession qui trahira ma carapace, mais le calvaire moral de mon existence mérite d'être extériorisé. Si je ne vous ai pas perdus aux premières lignes, prenez quelque chose à boire, et lisez ce que ma tête m'a dicté de mettre en mots impulsivement.

Exploit

Si j'ai toujours été un modèle en philosophie au lycée, c'est parce que je me pose tout un tas de ces questions qu'on définit comme "existentielles". Je n'ai d'ailleurs jamais compris ce terme, car les questions ne viennent pas définir notre existence, c'est la réponse qu'on suppose qui nous permet de nous affirmer dans celle-ci. Parfois, il n'y a pas de réponse, et ma psychologue d'il y a quelques années m'avait affirmé que parfois, il n'y en avait pas, et qu'il fallait arrêter de s'acharner à en trouver une. Et si j'ai pas envie d'arrêter ? C'est vrai ça, ceux qui ne se posent pas de questions, ils me donnent l'impression d'être dominé par leur instinct grégaire, incapables de se déterminer dans leur individualité. Et pourtant, qu'est-ce que j'aimerais être comme eux ! Il y a un dicton qui dit que les idiots sont heureux, justement parce qu'ils sont idiots. Lu par quelqu'un qui réfléchit, ça semble dérisoire puisqu'on y porte un regard extérieur, depuis notre esprit critique finement aiguisé au fil des années. Et si on tente d'être relatif par rapport à ce dicton populaire, on commence à envier les idiots parce qu'ils n'ont jamais nos tourments. Certains définissent cette façon de se poser toujours des questions comme de la philosophie, d'autres comme de l'hypersensibilité, encore d'autres comme de la dépression. Au final, ce ne sont que ces petites cases desquelles on tente de s'extraire pour exister par soi-même. Les appellations, c'est vraiment que de la poudre aux yeux. Mon fanatisme des mots a des limites, et certains emplois du mot sont à mes yeux tellement factices que ça me donne envie de censurer les gens. Malheureusement, mon ethos m'interdit d'entraver la liberté de quiconque et, cette réalité hypocrite du langage étant généralisé désormais, je n'ai aucun droit sur ces mots dénués de fond. De toute manière, les mots appartiennent à tout le monde, l'important c'est d'en faire un usage rien qu'à vous, qui vous ressemble, loyal et sincère, hypocrite et fourbe, peu importe. Tant que vous vous êtes trouvés, que personne ne peut influencer votre façon d'employer ces mots, vous avez gagné la liberté d'expression, la vraie. Pas celle qui est juridique, celle qui fait de vous un électron libre sur cette petite planète bleue. 

Exploit

Et vous ? Quels tourments vous agitent ? Pensez-vous qu'il est mieux de vivre en idiot heureux ou en intellectuel tourmenté ? Qu'est-ce qui fait de vous un individu ? Ne me livrant pas à un mur, j'invite toute personne qui le souhaite à m'apporter son point de vue et ses mots.

Exclu
Exclu

Étoiles  203199

Confrérie  [ARTICLE] 1. à cœur ouvert Redum_10


[ARTICLE] 1. à cœur ouvert Empty
[ARTICLE] 1. à cœur ouvert EmptyJeu 13 Aoû 2020 - 19:42
c mieux de vivre idiot et heureux je pense, taylor se porte très bien


Certifié
Certifié

Étoiles  13139

Confrérie  [ARTICLE] 1. à cœur ouvert Pihas_10


[ARTICLE] 1. à cœur ouvert Empty
[ARTICLE] 1. à cœur ouvert EmptyJeu 13 Aoû 2020 - 20:04
Je pense qu'il serait préférable de s'éloigner de la dichotomie "intellectuel tourmenté, qui réfléchit" et "idiot qui ne réfléchit pas". En somme, nous sommes tous passés par l'adolescence et ces questions existentielles peu importe notre QI, et il me semble judicieux de penser en terme d'échelles et de +/- plutôt que tout blanc ou tout noir. Tu écris ne pas vouloir arrêter de philosopher, mais conclus en sous-entendant être une intellectuelle tourmentée. Pourquoi vouloir persister dans un comportement qui visiblement ne t'apporte que tourment ? 
La remise en question est essentielle à toute adulte, et la phase de création d'une identité propre est nécessaire à tout adolescent. Une fois passé cet âge, il ne faut pas se questionner outre mesure sinon on n'en finirait plus, ce serait une perte d'énergie considérable pour peu d'effets positifs voire des effets négatifs.
Personnellement, quand une question "existentielle" me taraude je m'en remets à mes proches : souvent la réponse leur paraît évidente et la question me devient superflue, peut-être cela pourrais t'aider ? 

Exclu
Exclu

Étoiles  203199

Confrérie  [ARTICLE] 1. à cœur ouvert Redum_10


[ARTICLE] 1. à cœur ouvert Empty
[ARTICLE] 1. à cœur ouvert EmptyJeu 13 Aoû 2020 - 20:16
je me posais la même question que toi alors j'ai réalisé une expérience : j'ai arrêté de réfléchir pour voir si ça me rendrait plus heureux, mais il y avait des effets secondaires, j'avais l'impression de perdre des neurones

au bout de 10 jours, j'avais du mal à lire sans être distrait
au bout de 20 jours, je ne pouvais plus résoudre d'équations
au bout d'1 mois, j'écoutais du taylor swift

j'ai donc arrêté l'expérience par peur que ça devienne irréversible


Exclu
Exclu

Étoiles  15158

Confrérie  [ARTICLE] 1. à cœur ouvert Natim_10


[ARTICLE] 1. à cœur ouvert Empty
[ARTICLE] 1. à cœur ouvert EmptySam 15 Aoû 2020 - 9:31
C'est pas forcément une question identitaire, c'est des remises en question d'absolument tout, et je pense que c'est aussi approprié à l'âge adulte qu'à l'adolescence. Pour la dichotomie, certes elle est généralisante, mais elle représente bien mon idée. Le problème, ce n'est pas tellement de vouloir penser, mais de ne pas pouvoir arrêter de penser. Alors oui, c'est sûrement auto-destructeur, peu importe l'âge, et c'est justement là que j'envie ceux qui, justement, arrivent à contrôler ça comme si penser n'était qu'une option.

Ancien ministre
Ancien ministre

Étoiles  9903

Confrérie  [ARTICLE] 1. à cœur ouvert Neutre10


[ARTICLE] 1. à cœur ouvert Empty
[ARTICLE] 1. à cœur ouvert EmptySam 15 Aoû 2020 - 13:17
Le tourment ne viendrait-il pas de la pression sociale que tu t'imposes ? Par la dichotomie tu utilises des comparaisons pour pouvoir te placer socialement afin de conclure l'action qu'il faudrait que tu poursuives : arrêter de penser ou persévérer.

En valorisant "arrêter de penser", que tu considères plus proche de la norme (ce qui est à mes yeux un non sens, nous pensons tous), tu te retrouves dans un dilemme entre tes envies et ce "qu'il serait bon de faire". Ne serait-il pas plus simple de se libérer de ces chaînes pour continuer à faire ce qui te plaît sans tourment, c'est-à-dire réfléchir de façon curieuse et investie ?

En l'occurence, le sentiment qui semble ressortir de ton texte est une forme d'isolement intellectuel alors que ton témoignage est, à mon avis, très loin d'être anormal. Selon moi ces raisonnements émergent assez tôt de façon ludique, s'intensifient à l'adolescence et persistent une fois adulte, mais à des intensités différentes selon les individus, et surtout avec des traductions différentes. Par traduction, j'entends que nos expériences, nos intelligences sociale et émotionnelle, traduisent des expressions et des raisonnements différents.

À mon sens tu n'échappes pas à ce mécanisme, et tu as une façon normale de raisonner. Cependant, lorsqu'il y a une obsession qui amène une forme de souffrance, il faut reconsidérer l'approche de la réflexion. Par exemple pour omiley59, en parler à ses proches donne un nouveau relief à ses questions et lui apporte parfois une réponse.

Tu ne dois pas te sentir seule à penser, tout le monde le fait, à sa façon. Si parfois tu t'obstines, parles-en, le dialogue est souvent un bon moyen de trouver une solution à un problème irrésolu.
Statut

Exclu
Exclu

Étoiles  15158

Confrérie  [ARTICLE] 1. à cœur ouvert Natim_10


[ARTICLE] 1. à cœur ouvert Empty
[ARTICLE] 1. à cœur ouvert EmptyLun 17 Aoû 2020 - 20:48
Merci beaucoup Timeon ! Je vais essayer de trouver une solution personnelle à ces phases obsessionnelles de réflexion, mais en soit j'ai pas mal de mal à en parler, parce que c'est une sorte de confession intime. Déjà, le fait de l'avoir écrit, ça m'a aidé, et c'est peut-être par là que je devrais creuser !
Page 1 sur 1